NL | FR
La Tour japonaise de Laeken est une des grandes réalisations architecturales de Léopold II. Elle trouve son origine à l'Exposition Universelle et Internationale de Paris en 1900. En effet, le roi y avait été séduit par le panorama du "Tour du Monde". Ce bâtiment insolite était composé de différents styles architecturaux empruntés au Portugal, à l'Inde, au monde islamique, à la Chine et au Japon. Ce dernier était représenté dans cette composition exotique par une pagode à cinq étages et par un porche d'entrée en bois sculpté. Léopold II était également marqué par le souvenir de la pagode d'inspiration chinoise de Schoonenberg construite à la fin du XVIIIe siècle à peu près au même endroit. En fait, le roi voulait construire, pour le public, un grand ensemble de constructions orientales dans le domaine de Laeken. Mais ce projet n'aboutit que très partiellement.

Le roi associa à ce projet l'architecte parisien du "Tour du Monde", Alexandre Marcel (1860-1928). Le chantier s'ouvrit au tout début du XXe siècle (1901). Il fallut trois ans pour terminer l'ensemble et la Tour japonaise fut inaugurée en 1905. Entre-temps, le roi s'était détaché de son projet de départ et, une fois construite, il désirait seulement que cette construction soit un bâtiment public. Ainsi, il en fit don à l'État en 1909. Le Ministère des Affaires étrangères en reçut la gestion.

La Tour japonaise devint l'annexe du Musée commercial en 1911 sous le règne d'Albert Ier. Elle présentait alors une exposition permanente et publique de produits industriels, agricoles et artistiques pouvant faire l'objet d'échanges commerciaux entre la Belgique et le Japon. Le succès que remporta cette exposition fut brisé par la Première Guerre mondiale. La Tour ferma ses portes pendant le conflit pour ne rouvrir qu'en 1922 sous la tutelle, cette fois, des Musées royaux du Cinquantenaire. Elle referma de nouveau ses portes en 1947 pour plusieurs décennies. Le festival Europalia Japon de 1989 offrit l'occasion de la restaurer. La décision fut prise de rénover le porche, le grand escalier couvert et le rez-de-chaussée. On recréa également un jardin japonisant et un tunnel d'accès sous l'avenue Van Praet fut construit. Le 27 septembre 1989, la Tour japonaise rouvrit ses portes aux visiteurs après avoir été inaccessible pendant 42 ans.